Reconstruction mammaire

Les chirurgiens plasticiens ont une formation approfondie pour la reconstruction des seins.  La mastectomie est une expérience traumatisante mais la reconstruction mammaire est possible à tout âge pourvu que la santé de la patiente lui permette de tolérer l’anesthésie générale.

La reconstruction mammaire peut se faire essentiellement de deux façons

  1. Les implants mammaires
  2. en utilisant les tissus de la patiente elle-même (« reconstruction autogène »).

Vous discuterez avec votre chirurgien des risques et avantages des méthodes de reconstruction qui vous sont offertes.

Il est important de comprendre que l’on ne créera jamais un sein « normal » par la reconstruction mammaire. Pourtant avec des attentes réalistes, on obtient normalement un bon niveau de satisfaction patiente.

Implants mammaires

Les prothèses mammaires comportent généralement une enveloppe en silicone qui enferme une solution saline (de l’eau salée) ou du gel de silicone.  Actuellement au Canada on utilise le plus souvent les prothèses à solution saline.

Les prothèses insérées sous la peau sont plus pratiques que celles que l’on place dans le soutien-gorge. Par contre, le corps réagira parfois en formant une capsule (une enveloppe) autour de l’implant. Cette capsule durcit le sein et le rend douloureux. Aussi, les implants ne donnent pas au sein la même allure naturelle que la transplantation des tissus.

Si, en raison du type de mastectomie pratiquée, l’enveloppe de peau ne suffit pas à l’insertion de l’implant, il sera nécessaire d’avoir recours à une prothèse d’expansion avant l’insertion de celui-ci.

L’expansion de la peau est accomplie à l’aide d’une prothèse que le chirurgien gonfle petit à petit d’eau salée jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment de peau pour insérer la prothèse « permanente ».  À raison de visites hebdomadaires, ce processus prend plusieurs mois.

Bien que la reconstruction avec prothèses ne soit plus simple et plus courte que la reconstruction à l’aide du tissu de la patiente, il existe un taux plus élevé de complications associées aux implants et, plus tard, une autre intervention peut s’avérer nécessaire.

Le taux de complications avec les implants est plus élevé si la peau de la poitrine a été irradiée.

Discutez-en avec votre chirurgien pour savoir si cette option est valable pour vous.

brecon1

Utilisation du tissu de la patiente (« reconstruction autogène »)

L’utilisation des tissus de la patiente elle-même se dit « reconstruction autogène ».

On fait un transfert de tissu mou (la peau, le gras) d’une partie du corps à une autre.

Parce que l’on y trouve souvent un excédent de tissus et à cause de la facilité d’accès, on se servira couramment du tissu du bas du ventre pour la reconstruction autogène.  Moins fréquemment, on fera appel à d’autres régions pour le prélèvement du tissu, soit, les fesses, les cuisses ou le dos.

Les complications de la reconstruction autogène comprennent la faible possibilité que le tissu transplantée ne survive pas ou l’hernie suite à la récolte de tissu de l’abdomen.

D’autres renseignements

Voir aussi les sites suivants l’Association américaine, www.bra-day.com et Programme de restoration mammaire UHN, BRA Day (Breast Reconstruction Awareness Day)

Cliquer pour des renseignements du « American Food and Drug Administration » concernant les implants mammaires et le lymphome anaplasique à grandes cellules. (LAGC)